Jour Dix…

Chers amoureux de la montagne,

Presque dix jours après, je ne vous ai pas remis des nouvelles de ma 10e course finale – parce que nous avons eu des moments difficiles depuis.

Tout d’abord, nous avons été assez déçus par la lacération de trois de nos pneus, lorsque nous sommes revenus à notre voiture, ce qui a signifié que nous ne pouvions pas quitter Täsch pendant trois jours. Puis nous sommes enfin allés nous reposer en Provence, mais il n’y avait guère de connexion Internet.

Et jeudi dernier, en dehors de toute réalité, les meurtres en masse à Nice. Que les âmes de ceux qui sont morts trouvent un repos paisible. Que leur famille ou leurs amis puisse faire leur deuil en silence, sans le bruit consternant de ceux qui souhaitent récupérer politiquement ces morts.

Il est extrêmement difficile de l’écrire, mais que l’humanité essaye de trouver un peu de paix, alors que les puissances en jeu veulent, dans une spirale maléfique, uniquement la vengeance et la haine.

« « Un oeil pour un oeil », finira par rendre tout le monde aveugle ». Gandhi

*   *   *

Maintenant, je vais essayer de me concentrer sur cette dizième et dernière partie du défi.

J’ai passé neuf heures à marcher… en escaladant le Mettelhorn puis le Platthorn, et après une partie de la descente, j’ai réalisé que j’avais perdu mon appareil photo au sommet, donc j’ai passé une heure et demie, seul, sans eau… pour récupérer les précieuses images.

J’ai également eu une très bonne surprise de voir mon frère, Arnaud, qui est venu ce matin même de Singapour pour tenter de gravir le Mettelhorn avec moi. C’est bon pour le moral ! Nous ne nous sommes pas vus finalement, mais je sais combien son ascension était compliquée, pratiquement sans équipement. Merci !

J’ai découvert des endroits incroyables en grimpant cette journée. Rochers, neige, glace, glaciers, lacs et des panoramas exceptionnels, avec un bon nombre de sommets de plus de 4.000.

J’ai pleuré quand je suis arrivé. Parce que j’ai dû endurer, au cours de ce chaos, au fil des années précédentes, quelques bassesses d’aucuns.

Mais surtout, j’ai pleuré de bonheur, après avoir terminé mon troisième et dernier défi, de pure joie, seul dans l’immensité de ces montagnes. C’est pour moi le plus important. Une harmonie entre l’âme, la nature et son créateur.

*   *   *

Je devais absolument récupérer mon appareil photo car il y avait quelques magnifiques prises : entre mes adieux à Hugo Biner, cette marche inutile vers le refuge du Rothorn (en manquant, tête baissée, la direction du Mettelhorn), puis l’ascension avec de nombreux paysages, le sommet sans crampons (!), des ordures qui s’y trouvaient et que j’ai du ramener (!), les fleurs les plus hautes que j’ai vu jusqu’à présent et ce retour plein d’entrain à Zermatt, à l’église de St. Peter, avec mon équipe savante chez Yosemite (sans eux, j’étais perdu), avec Sepp et Rosa Biner à l’Hôtel Mirabeau (avec leur Refuge Alpin, j’ai quotidiennement « effacé » mes courbatures). Et ce retour à la maison avec d’adorables cartes de mes garçons et le Cervin qui nous saluait !

J’espère que vous allez pouvoir regarder certaines de ces images dans la même harmonie que j’ai trouvé là-bas, en haut.

DSCN6876
« 1 de 58 »

Le rapport complet de ma dernière course :

http://www.Movescount.com/fr/Moves/move113052263

Ayant réussi à faire, en dix jours, plus de 203 kilomètres avec le marathon Ultra, mon troisième et dernier défi est bel et bien achevé. D’un autre côté, il nous manque encore 35 % sur le montant cible de la collecte.

C’est pour la recherche médicale. C’est déductible d’impôt dans certains pays. Et n’oubliez pas les Contreparties que vous recevez avec votre don. Et tentez de gagner, par ailleurs, l’attribution des 3 green fees au Matterhorn Golf Club…

C’est ICI !!!

Vous devez installer un Plugin Flash

Aller à la page de collecte


 

De tout mon coeur, merci d’avoir mis votre énergie avec moi !

Votre dévoué serviteur

(Plus de P.S. permanent !)

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.