Jour 3

Salut !

De Berkak à Drivstua..

Merci beaucoup à Halland Camping de m’avoir laissé dormir chez eux. C’est dans un magnifique lieu, des gens adorables, chaque chambre est faite d’une maisonnette, pratique avec une cuisinette et des lits doubles pour six! A coté, il y au une belle aire de jeux pour enfants et un mini golf!

Si vous passez dans le coin, allez-y!

hallandcamping.com/leiligheter/

Mais cette courte nuit (arrivé à deux heures du matin) passée, j’ai du me concentrer sur le plan « D »! Trouver un samedi une seconde batterie, au milieu de nulle part, pour ce vélo qui a du remplacer le Lopifit du début… Sachant que ces vélos ne sont pas communs, et que les magasins ferment le samedi à 15 heures… J’ai passé des heures au téléphone sur 100 kilomètres à la ronde! Puis, Tobias de MX Sport, m’a finalement dit qu’il allait la recevoir du distributeur et qu’il allait passer son weekend pas loin de là ou je devais continuer à tracer ma route. Que ferais-je sans lui?

Je pars…

Pensant que la batterie durerait cinquante kilomètres, en descente, jusqu’à Oppdal… mais elle était déjà à plat après 30 !

J’ai du marcher avec mon lourd paquetage, jusqu’à que ce que Tobias me voie sur la route ! Et me délivre de cette peine… (j’étais à 3 kilometres/heures). Hip Hip…!

Ensuite, pour faire 100 kilometres, je devais passer la nuit à Hjerkinn dans un dortoir de pèlerins. Mais pour arriver là, c’est la plus grosse côte de mon périple norvégien…

Un CERF… (au milieu de la photo, oui, oui)…

Puis plus de batterie, il est déjà 19 heures, j’avance à 2 ou 3 Kms/h… Et arrivé à Drivstua, je ne trouve pas les chambre à louer que j’avais vues sur google…

Et puis je fais la rencontre de ce magnifique paysan qui m’a accueilli les bras ouverts, pour recharger mes batteries ( au propre et au figuré), en me proposant même de manger si je le voulais, ou même de dormir chez lui.

Quelle délicatesse. Il a passé toute sa vie dans cette vallée. On a discuté de beaucoup de choses.

Mais il y a bien longtemps, il a répondu à une annonce d’une femme, à peine arrivée à Trondheim,  avec un enfant, qui fuyait l’Ouganda car les militaires avaient tué son mari. Et c’est comme cela qu’est née leur histoire. Et il fêtent aujourd’hui même (dimanche) leur VINGTIEME Anniversaire de mariage ! Quelle force ! Je vous souhaite mes meilleurs voeux.

Puis, vers 23 heures, voyant que la charge n’était pas atteinte et qu’il  y avait un très fort vent glacial, j’ai décidé de ne plus partir faire ce col (le plus dur) et d’accepter son invitation à rester me reposer chez lui !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.